Les pelouses des jardins de Poleymieux au Mont d'Or poussent sur des terrains argilo-calcaires qui sont très favorables aux orchidées. Ce sont des pelouses sèches, avec des sols pauvres ne retenant pas l'eau, ce qui est bénéfique pour l'apparition spontanée des orchidées dans votre jardin.

Il faut cependant observer quelques règles afin de ne pas perturber leurs conditions de développement :


- le sol ne doit pas être retourné, ce qui est le cas lors de la construction d'une maison, il faudra alors être patient et attendre 15 à 20 ans pour voir apparaître spontanément des orchidées dans votre pelouse ;


- il faut tondre la pelouse en ayant soin si possible de ramasser l'herbe, car celle-ci en séchant et en se dégradant constitue un engrais, ce que n'aiment pas les orchidées qui se contentent de peu avec des terrains pauvres ;


- pour les raisons évoquées ci-dessus il ne faut pas épandre d'engrais organiques ou minéraux.



 

Pour éviter de passer la tondeuse sur les orchidées, il peut être utile de repérer les rosettes de feuilles à la fin de l'hiver, quand l'herbe de la pelouse n'a pas encore poussé et de les signaler par un petit piquet.



Il est en effet important de tondre la pelouse pour éviter à la végétation arbustive de s'installer. Ceci était assurer autrefois par la pâture des troupeaux. Ceci permet aussi aux autres petites plantes de s'installer : primevères, violettes, pâquerettes ...



 

Un bon conseil : n'essayer pas de transplanter dans votre jardin des orchidées que vous allez trouver dans la nature, ce serait sans doute un échec assuré. Ce ne sont pas des orchidées de culture qui sont des plantes épiphytes (poussant sur des arbres). Leur implantation naturelle sur une pelouse est longue et compliquée, elle est liée au développement de mycélium de champignons dans le sol (mycorhize).



Il y a au moins quatre orchidées que vous pouvez voir dans les pelouses de jardins en haut de Poleymieux, en mai et juin :



- L'Orchis bouc (Himantoglossum hircinum), cette grande et belle orchidée peut atteindre 90 cm de haut. Son nom lui vient de son odeur qui rappelle celle du bouc. Comme toutes les orchidées, elle développe un pétale particulier, qu'on nomme labelle, très long (3 à 6 cm), faisant penser à un serpentin.

- L'Homme pendu (Orchis anthropophora), c'est une orchidée plus discrète atteignant 30 cm de haut, dont le labelle jaunâtre, parfois teinté de rouge, fait penser à un petit bonhomme pendu, les sépales formant un casque.

- L'Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis), c'est la plus tardive des quatre orchidées citées. Son nom lui vient de la forme conique de l'inflorescence en début de floraison. Les petites fleurs sont roses violacées, ce qui la rend facile à identifier. Ses feuilles sont longues et étroites en forme de gouttière.

- L'Ophrys abeille (Ophrys apifera), le genre Ophrys est une merveille de l'évolution des plantes : pour assurer leur pollinisation les Ophrys ont pris l'apparence de femelles d'insectes, les mâles essayent de copuler avec la fleur et en même temps, en s'agitant, extraient le pollen de l'Ophrys et vont ainsi le transmettre à une autre fleur. La similitude ne s'arrête pas là car les Ophrys, pour assurer cette attraction des insectes, émettent des substances volatiles comparables aux phéromones femelles de certains insectes.