La Tour Rissler

La Tour Rissler, ou Tour des Commissaires ou Tour Ronde (en comparaison à la Tour Carrée du clocher de l'ancienne église située à quelques mètres) est en fait l'ancien pigeonnier du château est l'un des rares vestiges de ce dernier. 

Pour cet extrait, nous choisirons de vous exposer l'origine du château et du pigeonnier qui la compose :



Lorsque l'empire romain s'effondra, les Monts d'Or passèrent sous la domination des Burgondes qui, plus tard, en firent don aux Frères de Saint-Etienne de Lyon, par la suite, chanoines de Saint-Jean. Au traité de 1173, les chanoines, devenus Comtes de Lyon partagèrent avec l'archevêque les biens de l'Eglise de Lyon et gardèrent la possession et la juridiction des seigneureries des Monts d'Or.



C'est probablement à cette époque que fut construit le château forteresse, incendié en 1791, dont il ne subsiste plus qu'une tour, de hautes murailles épaisses de 2 mères, une porte voûtée, l'emplacement de la herse et d'un monte-charge, de vastes caves et un blason en pierre sculptée. L'ancienne église, qui a donné son nom au quartier doit dater de la même époque sauf deux chapelles plus grandes, construites au XVIIème siècle. 



En 1259, Etienne de Lissieu reconnaît tenir en fief de l'Eglise de Lyon, sa seigneurerie de Poleymieux et la rente noble qui y est attachée. 



En 1407, c'est le châtelain Hugues Jossard qui prend possession de la seigneurerie de Poleymieux. Hugues Jossard, un riche lyonnais, lieutenant et jge des "ressorts", est anobli en 1398 par CHarles VI, pour services rendus au pouvoir royal durant les dernières velléités d'indépendance de l'archevêque. Son blason est scellé au mur du château : un écu qui a dû être martelé, tenu par deux chiens colletés, timbré d'une couronne. 



D'après la tradition du pays, on dit également, qu'au XVème siècle, Bayard, le Chevalier sans peur et sans reproche, alors jeune, séjourna au Château avec son oncle Théodore du Terrail et eut une terre à Poleymieux. 

 

D'après le plan établi par Amable Audin, on constate que le château de Poleymieux était complet puisque, en plus de la demeure même qui était pourvue d'une terrasse, il comprenait  :

- une église (qui devait servir de chapelle ou d'oratoire)

- une cure

- un cimetière



- un bassin avec un jet d'eau



- les écuries

- un fenil

- un cuvier

- un pigeonnier



- un potager

- un verger

- une orangerie.