Introduction sur les caractéristiques et les spécificités de Poleymieux

Poleymieux est situé au coeur et au plus haut du Massif des Monts d'Or. Ce village se situe en effet entre 310 mètres à la Rivière (cote de l'aqueduc romain) et 625 mètres au Mont Verdun, sommet des Monts d'Or. 

Plus précisément, Poleymieux se trouve à six kilomètres de la limite nord de Lyon et à 13 kilomètres du Centre de Lyon. Malgré un début d'urbanisation, Poleymieux conserve encore à ce jour son caractère rural. 



Quelques données sur Poleymieux : 



Nom des habitants : les Poleymoriots ou les Poleymontains

Population : 1263 habitants (dernier recensement en 2010)

Surface du territoire communal : 620 hectares

Densité : 203 habitants au Km2

Un enfant du pays, Charles MEIFREDY, édita en 1938 un opuscule intitulé : "Poleymieux, perle de la couronne des Monts d'Or Lyonnais". Ce qu'il a écrit ainsi dans cet ouvrage nous semble plein de bon sens. Le développement de notre commune se doit de respecter la richesse et la fragilité de ce patrimoine dans le cadre d'un aménagement raisonné.



En voici un extrait (tiré de "à la découverte des Monts d'Or" réalisé par le Syndicat Mixte des Monts d'Or) qui nous semble particulièrement pertinent :



"Ainsi, les Monts d'Or forment une couronne avec une perle centrale : Poleymieux. Et l'auteur de la préface, qui n'est autre qu'Edouard Herriot, ajoute que "ce haut lieu (le Mont d'Or) doit être pour nous un lieu sacré". 



Les images de l'époque paraissent hardies, mais le promeneur peut les vérifier. Qu'il gravisse la voie romaine de la Croix Vitaise en direction du Mont Thou, qu'il souffle à la Croix du Verdun avant de redescendre au château du Robiat, il peut compter les monts de la couronne : le Thou, le Crêt, la Croix Rampau, le Py, le Verdun. Sur St Didier, la roche de St Fortunat derrière le Thou et, en face, dans le prolongement du Mont Verdun, la croupe de Narcel. Plus loin, extérieur à la couronne, le Mont Cindre appartient totalement à St Cyr, le noir regard de ses pentes boisées tourné vers la Saône et Lyon. 



Un coin de repos saisissant : le parvis de l'église de Poleymieux. La vue embrasse tout le bassin de collecte des eaux romaines, entre Thou et Verdun, un bassin centré sur la fontaine des Gambins, point de départ de l'antique aqueduc, cerné au sud par le col de la Croix de Presle, verrouillée au nord par l'avancée de Nerbey vers la bosse de la Baïze. 



Poleymieux est la commune aux multiples chemins, montants et descendants, frôlant les cabornes et les chirats, au milieu des maisons typiques ou dans l'étendue des grands prés et des bois. Le promeneur peut s'en donner à coeur joie. Il ira du lavoir du Cendre à la Roche Percée, des Pins et Fournat à Glandier, de la maison du Barbier à la maison d'Ampère (musée de l'électricité), de la Roche à la Tour Rissler, du Pavillon à la cascade du Colombier, du moulin d'Ampère aux larges replats des Alagneraies et de la Combe St Paul.



Ne pas prendre ces mentions pour des itinéraires : apprendre à connaître peu à peu Poleymieux, en respectant le travail des agriculteurs et l'effort des habitants pour construire, encore, les beaux murs en pierres dorées qui jouent avec les rayons du soleil."